Informations de Contact

Kinshasa, RDC

Nous sommes disponibles 24/ 7. Appelez maintenant.

C’est à l’esplanade du stade des Martyrs de Kinshasa que les femmes de la République démocratique du Congo ont célébré ensemble avec les officiels la Journée internationale des droits des femmes. Akonga Edumbe, Professeure des universités et Directrice générale de l’Institut supérieur pédagogique de la Gombe était parmi les femmes présentes à cette activité. Occasion pour cette femme des sciences de réaffirmer son engagement dans la promotion de la femme dans son institution.

«Mon combat a pour but de conduire la femme de l’ISP à gravir les échelons et obtenir des promotions conformément à la loi. Et pour nos jeunes étudiantes et assistantes, nous les encourageons à bien travailler pour émerger. Je suis très fière d’avoir aujourd’hui une deuxième femme docteur à l’ISP/Gombe et beaucoup sont déterminées à devenir professeur», se réjouit la DG de l’ISP au micro de La Samba.

Plus qu’un simple moment de réjouissance, la journée du 8 mars doit, de l’avis de la Professeure Akonga, servir d’évaluation des conditions de la femme.

«Le 8 mars a toujours été pour nous les femmes, un moment non seulement de joie, mais surtout d’arrêt pour faire une évaluation de l’évolution de la condition de la femme dans le monde et surtout dans chaque pays», rappelle la DG de l’ISP.

Le premier ministre Ilunga Ilunkamba lors de la cérémonie officielle du 08 mars au Stade des Martyrs

Présent également à cette cérémonie en l’honneur de la femme congolaise, le Premier ministre Ilunga Ilukamba s’est félicité du taux de représentativité des femmes dans son gouvernement. Il a, par ailleurs, invité les hommes à soutenir les femmes dans le combat d’égalité de sexe.

«Dans notre pays, la Constitution garantit les droits des femmes notamment l’égalité à travers la parité. D’où la nécessité pour nous tous de nous lever pour le changement de mentalité de nos communautés. Mon gouvernement a innové en matière de représentation de la femme à de hauts postes de responsabilité mais la lutte doit continuer. Dans ce combat, l’homme est et doit être l’allié de la femme», a rappelé Sylvestre Ilunga Ilukamba.

Cette édition 2020 de la JIF a été l’occasion d’associer pour la première fois la jeunesse congolaise. Ketsia, élève du Collège Prince de la paix s’est exprimée au nom de la jeune fille. Elle plaide pour la scolarisation de la jeune fille, y compris la fille-mère. Ketsia a également haussé le ton pour appeler les autorités compétentes à mettre fin aux violations dont sont victimes les jeunes filles.

«La meilleure façon de promouvoir la femme est d’investir dans la petite fille. Mesdames et messieurs, je saisis cette occasion pour vous demander une attention particulière envers les filles victimes des violences à l’Est du pays. Aussi, prendre les mesures qu’il faut pour que plus jamais une femme soit victime de violations de ses droits», a lancé cette petite fille de 16 ans.

«Combien de parents prennent en compte l’opinion de leurs enfants?», s’est-elle interrogée en guise de conclusion.

En RDC, la Journée internationale de la femme, édition 2020, a été célébrée autour du thème: «Congolaises et congolais, levons nous pour défendre les droits des femmes».

Share:

administrator

Lynn Mazianda est une Journaliste-Blogueuse oeuvrant à Kinshasa depuis 2017. Elle est intéressée par les questions liées à la Santé de la femme, la société et les NTIC

Laisser un commentaire