Informations de Contact

Kinshasa, RDC

Nous sommes disponibles 24/ 7. Appelez maintenant.

La surdité est un handicap physique invisible. Elle ne favorise pas l’épanouissement de ceux qui la portent. Dans la société congolaise, les sourds sont marginalisés et très vulnérables à la crise économique qui bat ses ailes partout au pays. Leur situation s’est encore dégradée avec l’arrivée de la Covid-19 qui a imposé un ralentissement d’activités dans le pays.

Avec une capacité  d’adaptation moyenne sur les évènements, les sourds se battent plus pour leur survie plutôt que leur vie. Ils sont sans activité assez rentable et s’adonnent, pour la plupart, à la mendicité pour nouer les deux bouts du mois. Certains vivent des dons et bienfaisance, donc dans une forme très prononcée de dépendance.

Avec la Covid-19, leur capacité de résilience se trouve mise à rude épreuve. Non seulement ils n’ont plus la possibilité de se trouver de l’emploi ou de bâtir une activité génératrice de revenus, ils ne peuvent non plus continuer de faire avancer leurs activités avec les restrictions en vigueur. L’état d’urgence, levé mardi 21 juillet, est parti non sans laisser ses stigmates. A cela s’ajoutent les difficultés d’observation des gestes barrières et des mesures d’hygiène pour se protéger d’une probable contamination.

Le masque, dont le port est rendu obligatoire, n’est pas accessible pour tous, le cas des sourds est encore éloquent. Avec leurs maigres revenus, ils se retrouvent devant un dilemme: acheter un masque, dont le prix peut atteindre 2000Fc ou plus ou se payer à manger, un ventre affamé n’ayant pas d’oreille. Les effets néfastes de la Covid-19 sont donc très visibles parmi cette couche sociale. Une chaine de solidarité en leur faveur ne serait pas trop demander.

«Pendant le confinement, j’ai dû effectuer des déplacements dans certains quartiers. J’ai reçu des plaintes et des demandes. Au mois de mai, nous avons pu assister une centaine de sourds venant de différents coins de la ville de Kinshasa. Nous leur avons accordé une assistance matérielle, alimentaire, psychologique, et physique» précise Erichine Mbayo, présidente de l’ONG jeunesse sourde ambitieuse (JSA).

Malheureusement, cela n’a pas suffi. Voilà le sens de l’initiative lancée pour la mise en place d’une campagne de solidarité en leur faveur pour pouvoir aider, non seulement les sourds de Kinshasa, mais aussi ceux de différentes provinces.

Erichine Mbayo

Share:

administrator

Lynn Mazianda est une Journaliste-Blogueuse oeuvrant à Kinshasa depuis 2017. Elle est intéressée par les questions liées à la Santé de la femme, la société et les NTIC

Laisser un commentaire